Téléphone

Le squelette du grand chien

Si les caractéristiques anatomiques de certains chiens facilitent le développement de l’arthrose, ils ne sont pas condamnés à en souffrir. Plusieurs précautions peuvent être prises.

Anticiper les risques

L’arthrose apparaît souvent quand le squelette présente une anomalie de développement pendant la croissance du chiot, conduisant par exemple à l’installation d’un défaut d’aplomb ou d’une dysplasie. (La dysplasie de la hanche, ou dysplasie coxo-fémorale, est une affection caractérisée par une laxité excessive de l’articulation du fémur dans l’os du bassin. L’articulation a tendance à se « déboîter » légèrement). Quand on accueille un chiot, il est important de savoir s’il appartient à une race génétiquement prédisposée à ce type de problème.

Mettre en place un suivi vétérinaire

Si un chiot appartient à une race sensible à la dysplasie, il est très utile de demander à votre vétérinaire de radiographier les articulations du chiot quand il est jeune. S’il se révèle que le chiot présente effectivement un risque d’usure prématurée des cartilages articulaires, un contrôle de l’alimentation et de l’activité physique sera mis en place, afin de retarder au maximum l’apparition de l’arthrose.

Contrôler l’évolution du poids

Trop nourrir un chiot pendant sa croissance est dangereux pour sa santé, surtout chez les chiots de grande race : une croissance trop rapide et un poids trop élevé augmentent le risque de trouble articulaire. L’excès de poids exerce des contraintes excessives sur les articulations. Votre vétérinaire peut vous aider à adapter la ration alimentaire de votre chien au fur et mesure de sa croissance.

A l’âge adulte, l’évolution du poids du chien doit aussi être surveillé, particulièrement si le chien est stérilisé. La surveillance doit être maintenue tout au long de la vie du chien car le risque d’arthrose augmente avec l’âge.

Choisir un aliment adapté

Des recherches cliniques récentes ont montré que la mobilité du chien arthrosique pouvait être significativement améliorée par la consommation régulière d’un aliment spécifique. Cet aliment contient dans sa formule du curcuma hautement assimilable (renommé pour ses propriétés anti-inflammatoires), du collagène hydrolysé (un des constituants principaux du cartilage) et des polyphénols de thé vert (aux vertus anti oxydantes reconnues). La présence d’acides gras omégas 3 issus de l’huile de poisson renforce les effets anti-inflammatoires. Les études ont montré que ces nutriments agissent de façon synergique.

Bien gérer l’activité

Pendant la croissance, il faut éviter d’encourager les chiots à sauter, courir trop longtemps pour ne pas endommager leur squelette encore fragile. A l’âge adulte, une activité physique régulière doit être maintenue, même si des lésions d’arthrose se sont progressivement installées. La longueur des promenades est à adapter à la tolérance du chien.

Sources : monvetoetmoi n° 2 de novembre 2015

Cet article a été sélectionné et rédigé par le Dr CARRERE

Les dernières publications

Voyage en train et en avion

Les règles et conseils. Cet été, certains d’entre vous partiront en vacances avec leur animal de compagnie. Si la voiture est le transport généralement privilégié,

Lire la suite »

Les chasseurs de pigeons

Depuis 13 ans, les organisateurs du tournoi de tennis de Roland-Garros font appel à des fauconniers et leurs oiseaux pour effaroucher ces hôtes indésirables que

Lire la suite »