Téléphone

La vision chez le chien

Comment votre chien voit-il ?

Le chien ne voit pas l’environnement qui l’entoure de la même façon que son humain de maître : vision nocturne, discernement des couleurs, relief … Si vous êtes intéressé, découvrez cet article.

En quoi la vision du chien diffère-t-elle de celle de l’homme ?

1. La couleur

Contrairement à l’idée reçue, le chien ne voit pas en noir et blanc. Son spectre de vision est juste plus étroit que celui de l’homme. Il se limite au jaune et au bleu pour un résultat plus proche d’une vision dichromatique que d’une vision colorée trichromatique humaine. Le chien voit les couleurs de la même façon qu’un daltonien ce qui se produit chez environ 4 % des êtres humains mâles.

Comme lui, il confond le rouge et le vert car il ne possède que 2 types de cônes dans la rétine (contre 3 pour un humain normal) ce qui limite sa palette de couleurs. La rétine est la tunique sensorielle qui contient les cellules visuelles ou photorécepteurs : située au fond de l’œil, elle constitue l’écran qui réceptionne l’image formée par la cornée et le cristallin.

Elle transforme cette image en signaux photoélectriques et la transmet au cerveau via le nerf optique. Ce dernier prend son origine au niveau de la papille optique.

La rétine est constituée de 2 types de photorécepteurs : les cônes et les bâtonnets.

  • Les premiers sont responsables de la vision des couleurs et de la vision diurne. Ils se concentrent davantage dans la fovéa, zone de projection de l’axe optique (chez l’homme). Ils forment le système photopique (vision en lumière vive).
  • Les bâtonnets sont eux responsables de la vision nocturne et de la vision périphérique. Ils permettent de voir avec une faible luminosité en noir, en blanc et avec des nuances de gris : ils ne perçoivent pas les couleurs. Ce sont les récepteurs associés à la détection des mouvements par le cortex visuel. Ils forment le système scotopique (vision en lumière atténuée).

Ne possédant que 2 types de cônes et ces derniers étant moins nombreux par rapport aux bâtonnets au niveau de l’aire de projection de l’axe optique (absence de fovéa), le chien voit les couleurs de façon plus claire et moins détaillée que les êtres humains.

2. La vision de nuit

Le chien a une vision de nuit supérieure à celle de l’homme. Ceci s’explique essentiellement par 2 raisons :

          a) la rétine contient plus de bâtonnets sensibles à des faisceaux lumineux très faibles.

b) l’existence d’une couche réflective située sous la rétine ou tapis choroïdien (tapetum lucidum) qui renvoie la lumière sur la rétine pour stimuler à nouveau cette dernière. Ce tapis joue le rôle d’un amplificateur de lumière et donne le reflet brillant des yeux du chien que l’on peut observer la nuit. Il couvre environ 1/3 du fond de l’œil.

 De ce fait la vision nocturne du chien est largement supérieure à celle de l’homme : 5 fois moins de lumière suffisent pour que le chien se dirige sans effort dans un milieu accidenté. Descendant du loup, un chasseur nocturne par excellence, le chien est capable de distinguer une proie mouvante au moyen de la seule lumière émise par les étoiles.

Deux autres éléments anatomiques viennent renforcer sa vision de nuit : une large pupille qui peut se dilater considérablement et de ce fait laisser entrer davantage de lumière mais également un cristallin plus proche de la rétine rendant l’image plus lumineuse

3. L’acuité visuelle ou capacité à distinguer les détails

3.1 De loin 

Elle est globalement plus faible chez le chien (4 à 8 foisavec une moyenne de 6 fois) que chez l’homme. En effet un humain distinguera un objet situé à 20 m de lui tandis que le chien ne devra pas être placé à plus de 6 m de cet objet pour pouvoir le distinguer.

Cette mauvaise habilité à mettre au point est due à deux particularités :

          a) le chien n’a pas de fovéa (partie centrale de la macula) qui est une région de très forte concentration de cônes (les récepteurs de jour de la rétine).

               b) le nerf optique de notre compagnon canin contient bien moins de fibres nerveuses que celui de l’homme.

Tout ceci contribue à rendre le chien moins apte à distinguer nettement le contour des objets immobiles éloignés : on peut considérer que le chien est myope.

3.2 De près

Une grande pupille va de pair avec un gros cristallin. Proportionnellement, le cristallin du chien est plus volumineux que celui de l’homme. Il occupe 1/8e à 1/10e du globe oculaire. De ce fait, l’accommodation chez le chien est moins performante que celle chez l’homme car un gros cristallin est moins déformable et plus rigide. Le chien semble ainsi presbyte : il voit mal les détails à moins de 25 cm.

 Par exemple, quand le maître laisse tomber un morceau de gâteau au sol, le chien ne voit pas ce dernier et le cherche jusqu’à ce que le flair prenne le relais de la vision.

4. La sensibilité ou la perception du mouvement

Cette dernière compense largement la mauvaise acuité visuelle grâce à l’importante présence des bâtonnets par rapport aux cônes et ce, plus particulièrement à la périphérie de la rétine.

La fréquence de vision du chien est beaucoup plus élevée que celle de l’homme qui voit un maximum de 16 images par seconde (fréquence équivalente au début du cinéma amateur quand les mouvements paraissaient saccadés). A 24 images par seconde (25 pour la télévision) l’homme perçoit les images comme un mouvement continu, sans pouvoir les séparer les unes des autres. En augmentant la fréquence de vision, au cinéma par exemple, on tourne à 50 images par seconde pour obtenir à la projection un ralenti. On décompose nettement mieux les mouvements sur ces ralentis cinématographiques qui correspondent à la vision canine. Ainsi de la télévision, l’animal verra uniquement une série d’images saccadées sans lien entre elles.

En conséquence, par exemple, un chien de berger peut voir à 1,5 km un signe de la main de son maître alors qu’il ne distinguera rien d’un objet immobile à 20 m.

Cette fréquence élevée donne au chien un temps de réaction plus rapide que celui de l’humain ce qui le rendra également beaucoup plus réactif au déplacement d’une proie même dans la pénombre.

5. La perception de la profondeur (ou habilité à évaluer une distance) et le champ de vision

Voici une représentation du champ visuel : celui de gauche est vu par un être humain et celui de droite par un chien.

Le champ visuel vu simultanément par les deux yeux est qualifié de champ visuel binoculaire. La vision binoculaire permet la perception de la profondeur et donc du relief. Le chevauchement du champ de chaque œil est réduit chez le chien (80 à 100° en fonction de la race et donc de la forme du crâne, de la gueule, du positionnement des yeux plus latéralement ou plus frontalement) comparé à celui de l’homme (140°).

Si la position latérale des yeux du chien limite sa capacité d’évaluation des distances, à contrario elle offre un champ visuel latéral plus grand que celui de l’homme. Ceci lui permet de voir « plus » de monde en même temps car son champ de vision total couvre 250 à 287° (tout dépend des races comme pour le champ binoculaire) contre 180° pour l’homme.

En conclusion

Le chien ne perçoit pas les couleurs comme le rouge et le vert. Il voit un monde plus clair et moins détaillé en comparaison de l’homme. Cependant notre ami canin a une vision périphérique plus étendue (champ latéral plus important, nombreux bâtonnets) qui contribue à ce qu’il ait une habilité à mieux détecter les mouvements que l’humain et particulièrement la nuit grâce au tapis choroïdien. Par contre, il distingue moins bien les détails de près et de loin ainsi que les distances et les reliefs à cause d’une vision centrale peu développée (champ binoculaire réduit, absence d’une fovéa riche en cônes, une capacité limitée d’accommodation du cristallin).

Ainsi à une certaine distance et si le vent n’apporte pas l’odeur de son maître, le chien pourrait japper vers lui sans le reconnaître, mais si le maître bouge, son cerveau analysera le mouvement et il le reconnaîtra par sa démarche et ceci même avec une faible luminosité.

Des différences dans la capacité visuelle ont été déterminantes dans la théorie de l’évolution. Une bonne perception de la profondeur (distances/reliefs) et de l’acuité visuelle (détails) sont nécessaires pour un primate comme l’ancêtre de l’être humain pour sauter de branche en branche. Une bonne perception de la couleur lui a également permis d’être en mesure de choisir les fruits les plus mûrs et les aliments les plus nutritifs. Le canidé est lui bien adapté à la chasse nocturne pour trouver des proies camouflées.

D’autres sens viennent à la rescousse d’une vision qualitativement moins bonne mais quantitativement plus développée que celle d’un homme et qui permettent au chien d’être un prédateur performant. Ainsi le chien entend bien mieux que l’homme grâce à une bande sonore passante supérieure. Il sent aussi incomparablement mieux avec une palette d’odeurs cent fois plus étendue.

En intégrant ces différentes informations le chien est capable de créer une sorte de carte instantanée de son environnement : celle-ci lui permet de se diriger en toutes circonstances, de chasser efficacement pour se nourrir, de prévoir les dangers et d’évoluer aisément dans le monde qui l’entoure.

Si l’on étudie les facultés de survie du chien, la combinaison de plusieurs sens pour créer une représentation de son milieu vaut bien celle de l’homme fondée quasi exclusivement sur ses perceptions visuelles.

Il est très important de bien retenir qu’une bonne vision nocturne accompagne une acuité visuelle moins performante et réciproquement (le chat que nous développerons ultérieurement sera concerné également par ce phénomène).

Cet article repose sur les connaissances actuelles qui peuvent évoluer dans le futur.

Sources :

https://www.ophtavet.com/

https://www.laurentbouhanna.com/

https://www.ecoledeschiens.com/vue-chien-html

https://wamiz.com/chats/conseil/la-vision-chez-le-chien-et-le-chat-3407.html

https://frenchtoutou.com/sante/divers6.php

https://www.rescueboule.com/phoca-list-of-categories/category/13-ophtalmologie

https://collie-online.com/colley/aoc/aoc_vision.htm

https://www.vetopsy.fr/sens/vision/oeil.php

https://www.dogstory.net/Vision%20canine.htm

https://www.francetvinfo.fr/animaux/en-images-voici-ce-que-voit-votre-chien_1008429.html

https://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=301

https://oatao.univ-toulouse.fr/2087/

    Cet article a été sélectionné et rédigé par le Dr CARRERE

    Les dernières publications

    La piroplasmose

    C’est une affection hématologique due à un parasite sanguin microscopique ou protozoaire transmis par certaines tiques. Ce protozoaire du nom de piroplasme appartient au genre

    Lire la suite »