Téléphone

Les boules de poils du chat

Responsables de perturbations digestives

Le chat consacre 2 à 4 heures par jour à se toiletter. En se léchant, il ingère une grande quantité de poils : au cours d’une année, un chat peut avaler 60 à 120 grammes de poils, soit un volume de 1,5 à 3 litres au total !

Les poils avalés par le chat sont normalement éliminés avec les selles mais ils peuvent s’agglomérer, formant des boules ou trichobézoards. Le chat parvient parfois à les régurgiter sous forme de cylindres d’environ 4 cm de long et 1 cm de diamètre.

Un chat qui « bricole »

Des vomissements fréquents, des selles qui alternent entre constipation et diarrhée, un chat qui paraît triste et qui perd l’appétit… autant de signes qui peuvent montrer que la digestion est perturbée. Ces symptômes disparaissent généralement spontanément mais ils peuvent récidiver, surtout chez les chats qui ont un pelage long ou mi long.

Il arrive même parfois que les poils restent coincés dans l’estomac ou dans l’intestin, empêchant le transit de se dérouler normalement. Il est exceptionnel qu’il s’arrête complètement mais cela arrive : l’animal est en occlusion. Si vous observez un déclin de l’état général de votre chat, demandez conseil à votre vétérinaire car il risque d’entrer dans un état d’urgence absolue.

Une alimentation riche en fibres

En prévention on peut donner au chat un aliment spécialement formulé pour stimuler le transit intestinal. Ce type d’aliment est enrichi en fibres qui facilitent l’évacuation. Un aliment enrichi en fibres peut augmenter de plus de 70 % la quantité de poils éliminés par voie fécale par rapport à un aliment standard. Cet effet est obtenu surtout grâce à des fibres cellulosiques que l’on trouve dans le maïs, le blé, les pois… Associées à des fibres qui augmentent l’humidité des selles (ex. : pulpe de betterave, psyllium), les fibres cellulosiques permettent de lutter contre la constipation.

Un brossage et un entretien réguliers

Il faut brosser et peigner régulièrement les chats pour limiter la quantité de poils qu’ils ingèrent. N’hésitez pas à le faire tous les jours au moment des grandes mues du printemps et de l’automne. N’oubliez pas de traiter votre chat contre les puces, même en hiver. S’il ressent des démangeaisons cutanées à cause des parasites, il aura tendance à se lécher encore plus que d’habitude, et il avalera plus de poils…

Lutte contre la sédentarité

 Un chat qui vit exclusivement à l’intérieur ou un chat âgé présente plus souvent des boules de poils car le manque d’activité physique ralentit son transit intestinal. Certains chats deviennent anxieux quand leur environnement ne leur permet pas un comportement naturel : courir, grimper, chasser… Comme le léchage est connu pour être un « antistress » chez le chat, les anxieux sont plus sujets aux boules de poils ou trichobézoards.

Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour stimuler votre chat : aménagez-lui des cachettes en hauteur pour qu’il grimpe, proposez-lui des jouets, amusez-vous souvent avec lui, mettez des croquettes dans une boule qu’il doit faire rouler pour les faire sortir… L’important est qu’il ne passe pas sa vie entre lit et sofa.

Alimentation spécifique, toilettage régulier, prévention des parasites externes et environnement ludique, tels sont les quatre moyens qui sont à votre disposition pour empêcher les boules de poils de nuire à la qualité de vie de votre chat !

Sources : monvetoemoi n° 4 – septembre 2016

Cet article a été sélectionné et rédigé par le Dr CARRERE

Les dernières publications

La piroplasmose

C’est une affection hématologique due à un parasite sanguin microscopique ou protozoaire transmis par certaines tiques. Ce protozoaire du nom de piroplasme appartient au genre

Lire la suite »