Téléphone

Le Noël des oubliés

Notre histoire se déroule dans une ville ravissante située sur les bords de la rivière tumultueuse qui prend sa source dans le massif montagneux tout proche.

Elle a su garder le charme suranné des villes anciennes avec ses kiosques à musique et ses parcs ombragés.

Au détour de leurs allées qui invitent à la flânerie, on peut admirer les cimes enneigées et deviner les magnifiques forêts de sapins qui tapissent les pentes abruptes des montagnes avoisinantes.

Honoré est né dans cette ville. Il a fêté cette année ses 14 ans. De grands yeux bleus mélancoliques éclairent son visage aminci par une longue maladie tandis que de belles boucles blondes encadrent l’ovale parfait de son visage.

C’est le début de la période préférée d’Honoré : le froid et la neige, aussi étrange que cela puisse paraitre, lui réchauffent le cœur et les décorations de Noël embellissent la ville qui l’a vu naître.

Son rêve pour ce Noël serait d’avoir un chien, mais pas n’importe quel chien. Il aimerait tant que Charly vienne vivre à la maison. Charly est l’un des nombreux pensionnaires du refuge animalier de la ville.

La santé d’Honoré s’étant considérablement améliorée ces derniers temps, ses parents l’ont autorisé à accompagner Gabrielle au refuge. Gabrielle, ou Gaby, est non seulement sa voisine, mais aussi sa meilleure amie. Ils ont le même âge et ils sont dans la même classe.

Depuis deux ans, depuis qu’Honoré est souffrant, elle lui apporte ses devoirs quand il ne peut pas suivre les cours à cause de ses traitements. Elle s’amuse beaucoup à jouer au professeur.

Elle arrive toujours à le faire sourire quelle que soit l’humeur du jour. Avec ses yeux noisette, ses taches de rousseur sur les joues, ses longs cheveux roux en bataille, une mèche arrivant régulièrement à s’échapper de son chignon ou de sa queue de cheval, elle pétille comme une bulle de champagne.

Quand Gaby déboule à la maison, la joie de vivre débarque avec elle. Ils partagent tous les deux la même passion pour les animaux.

Les parents de Gabrielle sont vétérinaires et travaillent ensemble dans la même clinique. Une multitude d’espèces passent entre leurs mains expertes.

Céleste, sa mère, soigne les chiens et les chats ainsi que les lapins, les cochons d’Inde et les poules de compagnie.

Paul, son père, s’attelle à guérir les animaux de la ferme comme les vaches, les chevaux, les moutons, les chèvres ou les porcs.

Gabrielle profite de ses instants de liberté pour les observer et les aider autant que possible. Cela fait déjà longtemps qu’elle a pris sa décision. Elle aussi sera vétérinaire : c’est décidé ! Honoré le dit régulièrement quand Gaby a pris une décision, rien ne lui résiste et coûte que coûte elle s’y tient.

Un jour, alors que la santé de son ami était au plus bas, elle lui a dit : je t’interdis de baisser les bras, je vais t’aider à guérir et tu guériras. Elle était là pour le secouer quand le courage l’abandonnait en lui narrant une anecdote amusante du collège ou de la clinique de ses parents.

Elle lui racontait le courage de certains animaux quand ils étaient malades et la reconnaissance qu’ils montraient une fois guéris et du bonheur qu’ils lui procuraient.

Gabrielle et Honoré adoraient regarder des films de cinéma ensemble et partager leur lecture.

Quand la maladie d’Honoré lui laissait un peu de répit, ils se laissaient aller à évoquer leurs souhaits pour leur avenir : Gabrielle irait soigner les animaux sauvages comme dans la série préférée de ses parents, Daktari, et Honoré deviendrait un biologiste animalier pour les étudier dans leur environnement et ainsi participer à leur protection. Mais tout cela n’était qu’un rêve : un long combat contre la maladie était engagé auquel participaient son amie mais également ses parents.

Mathilde, sa mère, dans la recherche médicale, a mis sa carrière entre parenthèses pour accompagner son fils pendant ses traitements et Camille, son père, metteur en scène de théâtre, jongle entre ses obligations professionnelles et son désir d’être présent pour accompagner sa famille dans cette épreuve. Il sait que pendant ses absences indispensables, sa femme est épaulée par ses voisins et amis Céleste et Paul, les parents de Gaby.

Heureusement, l’horizon semble s’éclaircir. Le dernier traitement est prometteur et Honoré a pu quitter l’hôpital. Les médecins l’ont autorisé à effectuer des sorties, retourner au collège et reprendre quelques activités.

Gabrielle a eu la permission de l’emmener au refuge animalier de la ville dont ses parents s’occupent. Trop d’animaux y sont malheureusement abandonnés, même si heureusement grâce à tous les bénévoles, beaucoup d’entre eux trouvent un nouveau foyer. Gaby est intarissable au sujet de ses petits protégés.

Elle lui raconte comment Pirouette, une gentille petite chatte a été trouvée devant la clinique de ses parents avec une tranche de jambon dans une feuille de papier d’aluminium sur sa cage de transport.

 Ou Dendé, ce magnifique croisé Husky qui a été catapulté, avec ses sœurs, par-dessus une haie dans un jardin.

Et Lucky, un jeune Staffie attaché à un poteau en lisière de forêt et trouvé par un promeneur.

Sans oublier Kalash, cet adorable Pitbull qui errait dans les rues de la ville, victime de sa sale gueule, ses propriétaires n’ayant pas voulu probablement se mettre en conformité avec la loi.

 Crapule, quant à lui, un joli caniche malicieux, était devenu indésirable dans sa famille depuis la naissance du bébé.

Et pour finir, Charly, âgé de 2 ans : son maitre, pas tout jeune, mais pas si âgé que cela, avait été victime d’une crise cardiaque. Il avait fait pourtant le nécessaire pour que son chien puisse continuer à avoir une belle vie au cas où il disparaîtrait avant lui. Hélas, ses héritiers étaient revenus sur leur promesse, évoquant toutes sortes de prétextes pour se donner bonne conscience et l’avaient abandonné au refuge.

Honoré avait tout de suite eu un coup de cœur pour ce chien espiègle et très intelligent au physique à nul autre pareil. Honoré l’avait découvert tout triste au fond d’une cage. Il avait craqué pour ses beaux yeux marrons, ses poils hirsutes, son museau pointu et son corps d’athlète.

Il était venu régulièrement s’en occuper et il s’était pris d’affection pour lui et réciproquement.

Les soigneurs ont signalé que l’animal paraissait attendre l’arrivée du jeune adolescent. Comme s’il pressentait sa venue, Charly commençait à s’agiter peu de temps auparavant.

Gabrielle accompagnait souvent Honoré avec sa chienne Suzie, une jeune Jack Russel. Tous les quatre faisaient des parties de jeux endiablés.

Un jour, les soigneurs, n’entendant plus de bruit dans le parc de détente, étaient venus voir ce qu’il s’y passait. Quel ne fut pas leur étonnement de les voir blottis les uns contre les autres, endormis à l’ombre du grand chêne.

Grâce à ces visites fréquentes, Honoré a repris un peu de force et de couleur.

Il y a peu de temps, il a émis un souhait : serait-il possible d’adopter Charly ? Après discussion, ses parents ont justifié leur refus : la santé de leur fils était encore trop fragile et Mathilde craignait, en cas d’une nouvelle hospitalisation, qu’il lui soit difficile de tout gérer. On avisera plus tard si la rémission de la maladie se confirmait.

Honoré a été excessivement déçu : aller au refuge pour voir Charly, c’était bien, mais l’idéal serait qu’ils soient tout le temps ensemble. Aussi, a-t-il reporté sa déception en élaborant un autre projet.

Dans quelques jours, on arrive au solstice d’hiver et cette année sera mémorable puisqu’il y aura une pleine lune accompagnée d’une pluie de météorites. L’évènement ne se reproduira plus avant 76 ans.

A cette occasion, selon une ancienne légende découverte en feuilletant de vieux livres de la bibliothèque municipale, un grand Cerf blanc suivi de sa harde peut apparaître au lac Noir pour venir s’abreuver.

Si miraculeusement on assiste à la scène alors nos vœux les plus chers se réaliseraient.

Dans le plus grand des secrets, Gaby et Honoré préparent leur expédition.

Honoré a su convaincre son amie : même si sa santé s’est améliorée, il craint de ne pas pouvoir réaliser son rêve d’adopter Charly et de devenir biologiste animalier.

Une telle opportunité ne se représentera pas de sitôt, aussi veut-il saisir sa chance maintenant.

Pour cette escapade, les deux jeunes gens ont pensé à tout : les sacs à dos, les torches, les sandwichs, une thermos de boisson chaude, les anoraks, les sacs de couchage, les appareils photographiques et la longe de Suzie.

Chaque enfant a dit à ses parents qu’ils allaient passer la journée à la bibliothèque afin de faire leurs devoirs de vacances et après qu’ils iraient diner et dormir chez l’autre.

Ainsi, nos deux aventuriers se sont-ils réveillés de bonne heure, pris le bus qui les emmène au train à crémaillère, qui lui-même les dépose au début du chemin conduisant au lac Noir.

Puis il n’y a plus qu’à attendre que la nuit tombe et espérer voir le grand Cerf blanc. Ensuite il est prévu une halte au refuge pour se reposer et retour discret à la maison pour le déjeuner comme prévu.

Tout se serait déroulé selon leurs plans si Mathilde n’avait pas appelé la mère de Gabrielle pour les inviter au réveillon de Noël en demandant comment allaient les enfants. Celle-ci est étonnée, ils sont chez toi, mais non pas du tout.

Inquiètes, elles se rejoignent chez Céleste. Les enfants ont disparu. Où sont-ils ? Elles se rendent dans leur chambre respective à la recherche du moindre indice pouvant les mettre sur une piste. Rien.

Elles conviennent d’aller chez leurs amis les plus proches, Pierre et Timothée. Entre menaces et supplications, elles parviennent à obtenir des aveux. Gaby et Honoré sont partis au lac Noir dans l’espoir d’apercevoir le grand Cerf blanc.

L’anxiété commence à les envahir car le dernier bulletin météorologique annonce pour la nuit à venir un changement de temps inattendu. Les températures doivent dégringolées et une tempête de neige est prévue.

Elles décident de prévenir leurs maris et les secours de montagne car il est impératif d’essayer de les retrouver au plus vite : elles craignent pour leurs vies.

Paul, le père de Gaby a une idée : faire appel à Charly pour les mettre sur la piste des enfants. Tout le monde se dirige vers le lac Noir avec Charly et un pull d’Honoré.

C’est une course contre la montre qui s’engage car la nuit est déjà tombée et les conditions météorologiques ne vont pas tarder à changer.

Pendant ce temps, les enfants sont arrivés au lac Noir et cherchent un poste d’observation. Ils ne s’attendaient pas à ce froid quasi polaire : nos deux adolescents se serrent l’un contre l’autre avec Suzie qui grelotte de tout son corps malgré son petit manteau.

 Quand soudain, le grand Cerf blanc entouré de sa harde arrive majestueusement dans l’éclairage de la pleine lune et d’une myriade d’étoiles filantes. Ils sont émerveillés au point qu’Honoré oublie de prendre les photos. Gaby en reste bouche bée mais reprend vite ses esprits afin d’éviter que Suzie n’aboie.

Ce n’est pas une légende : c’est la réalité ! Ils ont accompli la mission qu’ils s’étaient fixée : un exploit pour eux. 

Honoré finit par se remettre de ses émotions et prend des photos en mode silencieux. Le temps passe et ce spectacle magnifique est sur le point de s’achever.

Tout doucement, comme ils étaient arrivés, les animaux se retournent et disparaissent dans l’obscurité de la forêt.

Les enfants n’en reviennent toujours pas mais il est nécessaire maintenant de rejoindre le refuge pour s’abriter du froid qui s’intensifie.

Honoré est heureux car il a réalisé la mission qu’il s’était fixée mais il commence à s’inquiéter car le ciel se couvre de gros nuages. Pourtant il a consulté les prévisions météorologiques en début de semaine et aucune perturbation importante n’était prévue.

Ils entament leur descente d’un bon pas. La neige commence à tomber de plus en plus abondamment et le vent à se lever. Le chemin devient petit à petit de moins en moins visible. Ils s’arrêtent de marcher pour chercher un abri car il devient impossible de poursuivre leur périple. Gaby et Honoré ont compris que le refuge sera introuvable dans ces conditions. Ils essaient de garder le peu de chaleur qui leur reste en se blottissant l’un contre l’autre.

Honoré supplie Gabrielle de rester éveillée car il a pu lire dans ses livres d’explorateurs que s’endormir est la dernière étape avant la mort. Il parle, il parle, il lui raconte tout ce qu’il aimerait faire s’il guérit et ô combien il la remercie pour son soutien ces dernières années, mais la voix de Gaby se fait de plus en plus faible, voire imperceptible.

Honoré est furieux contre lui-même. Il craint qu’il ne leur arrive malheur à cause de son amateurisme : on ne s’improvise pas aventurier ni explorateur. Une expédition nécessite une rigoureuse préparation comme seuls les professionnels savent le faire. Gaby risque de mourir à cause de lui parce qu’il n’a pas consulté les dernières informations météorologiques. La leçon est un peu sévère …

Quand tout à coup, une grosse boule de poils hirsutes déboule en aboyant et en lui sautant dessus. Un chien ? Mais c’est Charly !

Un Charly qui les bouscule, qui les lèche pour les faire réagir. Les adolescents sortent de leur torpeur, Suzy également. Honoré prend Charly dans ses bras, heureux de ces retrouvailles.

La petite chienne saute tout autour d’eux. Gaby commence à émerger de sa léthargie et se met à son tour à exprimer le bonheur de revoir Charly et tout ce que cela implique : on les a retrouvés.

Des voix humaines sont en approche. Les deux explorateurs en herbe reconnaissent maintenant distinctement celles de leurs parents. A présent, ils devinent leurs silhouettes et se précipitent vers eux pour se jeter dans leurs bras en les suppliant de leur pardonner : ils ne recommenceront plus.

Les parents sont trop heureux pour les gronder. Les réprimandes viendront plus tard quand les jeunes aventuriers se seront remis de leurs émotions. Les gendarmes de haute montagne sont, eux aussi, très émus : leurs interventions ne se terminent pas toujours aussi bien et la relation qui lie Charly à Honoré les impressionne.

Charly a sauvé la vie des enfants.

Une fois ces moments de liesse passés, il est urgent de reprendre la descente avant que les conditions météorologiques ne deviennent ingérables et d’aller à l’hôpital pour faire un point sur l’état de santé de nos deux explorateurs. Charly ne retournera pas au refuge ce soir, il a le droit de suivre Honoré… 

De retour à la maison, chaque adolescent a droit au sermon attendu. Ils sont conscients de leur imprudence et des soucis qu’ils ont occasionnés.

Les parents d’Honoré ont pris une décision qui va être une vraie surprise pour leur fils. Eux aussi ont reçu une leçon : ils ont trop longtemps laissé la vie de côté et ses belles rencontres. Pourquoi remettre à plus tard l’adoption de Charly : les deux complices vivent l’un pour l’autre et Charly le mérite largement.   

Le lendemain de cette folle aventure, nous sommes le 22 décembre, les parents d’Honoré organisent une petite réunion familiale. Honoré descend penaud de sa chambre avec un Charly ravi de ses nouvelles conditions de vie. Il est impatient de connaitre la sentence : il est stupéfait quand ses parents lui apprennent que Charly sera désormais un hôte permanent de la maison pour le remercier d’avoir sauvé leur fils.

Honoré est tellement heureux qu’il court les embrasser pour les remercier : il promet qu’il ne fera plus ce genre de bêtise, qu’il sera plus prudent à l’avenir.

Charly saute dans tous les sens se réjouissant de toute cette joie ambiante.

Honoré crie à ses parents qu’il va annoncer la bonne nouvelle à sa meilleure amie.

La porte claque. Mathilde et Camille entendent des hurlements de joie et des aboiements dans la maison voisine. Honoré a dû annoncer la grande nouvelle à Gaby et Suzie.

Ils imaginent la scène. Enfin, après plusieurs années difficiles, une grande sérénité les envahit. Camille enlace Mathilde : le bonheur est revenu dans la maison.

Une idée est en train de germer dans la tête du père d’Honoré. Demain, il ira à la clinique de Céleste et Paul pour en discuter… Il passe quelques appels téléphoniques…

A la première heure, il se rend chez eux pour exposer son projet. Charly a fait le bonheur de sa famille et il pense que d’autres animaux du refuge méritent une nouvelle et belle vie et qu’ils pourront, eux aussi, faire le bonheur de nombreux foyers. Il a déjà contacté des personnalités dans le milieu du cinéma, du théâtre et de la chanson : plusieurs d’entre eux ont répondu présents à sa requête : celle de venir parrainer des animaux du refuge en vue de leur adoption ou de favoriser des dons pour améliorer les soins et les locaux du refuge.

Quelques décorations, des annonces lancées à la télévision, à la radio et sur les réseaux sociaux ainsi que dans toute la ville et la soirée peut avoir lieu la veille de Noël.

Céleste et Paul sont enchantés. L’horizon s’éclaircit pour le refuge de la ville : certains animaux étaient en grand danger. Des améliorations vont pouvoir avoir lieu pour le bien de tous les pensionnaires.

Et la soirée fut inoubliable… Elle fut organisée en un temps record et eu le succès escompté. De nombreux animaux ont été adoptés comme notre petite Pirouette, notre beau Dendé ainsi que Lucky, Kalash et Crapule.

Parmi les invités célèbres, certains ont craqué pour l’un des protégés de Céleste et Paul.

La photographie d’Honoré avait été exposée pour cette grande occasion : il en était très fier car elle était spectaculaire et fut appréciée de tous. Mais sa plus grande joie était d’avoir à ses côtés son Charly.

Les deux enfants étaient aux anges car leurs vœux se réalisaient comme la légende le racontait.

Ce fut le merveilleux Noël des oubliés qui resta dans toutes les mémoires.

Epilogue : les années ont passé et depuis, tous les ans a eu lieu à Noël le gala des artistes pour l’adoption des animaux du refuge de Céleste et Paul : on vient de tout le pays pour participer à cette soirée incroyable.

Ces derniers dirigent toujours leur clinique. Récemment, Gabrielle les a rejoints puisqu’elle est devenue vétérinaire comme elle l’avait toujours désiré. Elle n’est pas toujours présente car elle accompagne régulièrement Honoré lors de ses nombreuses expéditions pour étudier les animaux sauvages. Sa guérison est définitive et son rêve s’est exhaussé : il est devenu un biologiste animalier réputé.

Charly a bien vieilli, mais pour l’instant il est toujours vaillant et fidèle au poste : il suit Honoré partout. Le temps viendra où malheureusement le destin les séparera mais pour Honoré il est hors de question de se séparer de son fidèle ami qui lui a sauvé la vie ainsi qu’à Gabrielle, il y a maintenant très longtemps.

Il se remémore régulièrement cette première expédition avec son amie d’enfance devenue maintenant sa compagne : des sentiments différents sont apparus avec le temps. Suzie aussi fait toujours partie des voyages et le grand Cerf blanc du haut de ses montagnes continue de veiller sur ces deux intrépides enfants…

Ce conte de Noël inédit vous est offert par le Dr Carrère

Les dernières publications

La piroplasmose

C’est une affection hématologique due à un parasite sanguin microscopique ou protozoaire transmis par certaines tiques. Ce protozoaire du nom de piroplasme appartient au genre

Lire la suite »